LAPIN LIÈVRE 

Lapin Lièvre est un fanzine confectionné et édité par Magali Baribeau-Marchand. Pour chaque parution, celle-ci invite un artiste et/ou un auteur à produire un récit explorant le dessin dans son interaction avec les mots et l'objet imprimé. Chronique du moment ou essai poétique, Lapin Lièvre livre à chaque numéro une composition sensible et singulière. Dans une approche collaborative, Magali Baribeau-Marchand s’implique à chaque numéro de diverses manières, soit par l’écriture, le dessin ou le montage graphique, tout en réalisant l’impression, la reliure et la diffusion lors d’événements culturels et la distribution dans des librairies indépendantes et des centres d’artistes. Enfin, Lapin Lièvre est un opuscule imprimé chercheur de sensibilité qui fait des petits.

Vif et attachant, le léporidé possède son langage propre.

Il a un beau pelage qui varie selon ses humeurs et les saisons.

2021-01-19 11.10.32.jpg

NO. 7 - DE PRÈS OU DE LOIN

2017

Texte : Barbara Garant
Conception graphique : Magali Baribeau-Marchand

De près ou de loin est une corrélation poétique entre les lettres tapuscrites de Barbara Garant et les photographies en noir et blanc colorisées au pastel sec de Magali Baribeau-Marchand. Ces images sont issues d’un album de photographies familiales trouvé dans une brocante, qui représente un couple européen dont elle n’a pu, à ce jour, retrouver la trace. De près ou de loin est une dérive entre les souvenirs de ces inconnus et les confidences sans destinataire spécifique de l’auteure.

2021-01-19 10.55.18.jpg
2021-01-19 10.56.48.jpg
2021-01-19 10.56.09.jpg

NO. 6 - EN CONVOI

2016

Texte : Magali Baribeau-Marchand et Les Poulpes (Anick Martel, André-Anne Giguère et Élaine Juteau)
Illustrations et conception graphique : Magali Baribeau-Marchand

En Convoi est une collaboration avec le collectif en théâtre et en performance Les Poulpes, parti en train à travers le Québec, les Maritimes et l’Ontario du 16 au 30 juin 2015. « Nous utiliserons la gare comme un espace à investir le temps d’un arrêt, le temps d’une performance. À chaque arrêt, une action (de courte durée se déployant de l’intérieur du train jusqu’à la gare). Partir en train pour valoriser, par un discours artistique, les transports au Canada, valoriser l’étendu de notre territoire et faire le lien entre les régions et entre les grandes villes. Notre trajet de deux semaines partant de Jonquière s’alliera à différents centres d’artistes et organismes culturels, partenaires de notre projet, rencontrés sur notre passage. Nous leur demandons de s’investir d’une mission, soit de nous offrir un petit objet qui devra nous être transmis à la gare, constituant ainsi notre convoi. »

2021-01-19 10.54.29.jpg
2021-01-19 10.54.56.jpg
2021-01-19 10.55.03.jpg

NO. 5 - CHRONIQUE IMPROVISÉE

DU PETIT FUCK QUI FUCK LA VIE

2015

Texte : Valérie Roberge
Illustrations : Mathieu Valade
Montage graphique : Magali Baribeau-Marchand

Pour son cinquième numéro, l’opuscule imprimé Lapin Lièvre présente Chronique improvisée du petit Fuck qui fuck la vie, un conte pour adultes sur les désarrois de la vie quotidienne. Il s’agit d’une délectable collaboration entre Valérie Roberge et Mathieu Valade. Les mots de Valérie y sont incisifs et sans gants blancs, les dessins de Mathieu monochromes, hardis et légèrement abrasifs.

2021-01-19 10.52.57.jpg
2021-01-19 10.53.21.jpg
2021-01-19 10.53.52.jpg

NO. 4 - LES DALTON

2014

Texte : Marie-Andrée Gill
Illustrations : Laurence Lemieux
Montage graphique : Magali Baribeau-Marchand

Quelque part dans le temps, quatre sœurs. L'une d'elle est frappée par le hasard de sa fatalité biologique : la mort soudaine. Les Dalton, c'est voir et réfléchir sur la mort à travers l'œil d'une jeune fille de 12 ans. C'est se questionner sur les comportements que l'on adopte dans le malaise devant l'inévitable.

2021-01-19 10.51.20.jpg
2021-01-19 10.52.17.jpg
2021-01-19 10.52.38.jpg

NO. 3 - STYLO D’ARGENT

2014

Textes, illustrations et photographies : Mariane Tremblay
Montage graphique : Magali Baribeau-Marchand

Pour son troisième numéro, Lapin Lièvre a fait appel à l'artiste visuelle Mariane Tremblay. Cette collaboration à fait naître une narration où le graphique et le photographique s'installent dans les mots du quotidien, bien conscients du temps passé et du temps futur. Dans stylo d'Argent, les coïncidences et bouleversements minimalistes créent ces « collisions d'événements » qui sont intimement liées à la pratique de Mariane Tremblay.

2021-01-19 10.50.20.jpg
2021-01-19 10.50.52.jpg
2021-01-19 10.50.37.jpg

NO. 2 - APPELONS UN CHAT UN CHAT

2014

Illustrations : Sabrina Côté
Texte et montage graphique : Magali Baribeau-Marchand

Le deuxième numéro du fanzine Lapin Lièvre a pour titre Appelons un chat un chat et raconte l'histoire d’une personne qui ne se sent bien qu'avec les félins. Les dessins de Sabrina Côté, d’une grande sensibilité, traduisent le poids des jours et des autres qui mène vers une solitude désirée.

2021-01-19 10.49.14.jpg
2021-01-19 10.50.01.jpg
2021-01-19 10.50.07.jpg

NO. 1 - CABANE

2013

Texte : Anne-Marie Ouellet
Illustrations et conception graphique : Magali Baribeau-Marchand

En février 2014, les artistes Anne-Marie Ouellet et Thomas Sinou (L’eau du bain) vivront 15 jours dans une cabane de pêche blanche isolée sur le Lac Saint-Jean. Thomas enregistrera les sons de la nature et les sons concrets de la cabane. Anne-Marie, elle, écrira. La mémoire de l’expérience vécue s’y inscrira par la captation sonore et textuelle. La cabane sera ensuite déplacée dans un lieu de diffusion. Les gens seront invités à la visiter et à y vivre un peu. Ce projet a pour nom Le son de l’air est froid et est né d’une interrogation sur l’absence, l’intuition que nous vivions tous, au quotidien, avec des absents, que ceux-ci prenaient souvent plus de place dans nos vies que les personnes présentes physiquement. Il creuse les thèmes du désenchantement, de l’altérité et de l’absence.

CABANE c’est une première couche d’écriture d’Anne-Marie, qui cohabite avec l’univers graphique de Magali Baribeau-Marchand. C’est le début d’une histoire, celle d’une femme qui suit un inconnu, sur son ski-doo, à la sortie d’un bar. Il l’emmène dans une cabane de pêche blanche isolée. La femme est décidée à y mourir. Lorsque la glace fondra, elle ne bougera pas et s’enfoncera dans l’eau glacée avec la cabane. Cette trame fictive sera ensuite enrichie et détournée par les textes qui s’écriront lors de la résidence dans la cabane.

2021-01-19 10.48.52.jpg
2021-01-19 10.48.17.jpg
2021-01-19 10.48.33.jpg