CONTACT

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Dans un rapport au monde portant une grande attention à la temporalité, aux espaces et à la présence, ma pratique en arts visuels sonde et explore la matière sensible dissimulée dans le quotidien ordinaire, cette trame infra-ordinaire qui agit sur notre perception du visible et de l’invisible, de l’infime et du signe poétique, de la présence et de l’absence, de l’apparition et de la disparition. Selon l’écrivain français Georges Perec, l’infra-ordinaire est une anthropologie de ce qui se passe chaque jour, du banal, de l’évidence qui met la lumière sur l’endotique plutôt que l’exotique. Il s’agit d’une relation au monde intrinsèquement liée à la prise de conscience du détail et du fragment, dans le but de les rendre visibles et signifiants.

 

Utilisant les objets comme des métaphores, comme les signes d’un dialogue, j’élabore des installations protéiformes (objets, éléments photographiques, sculpturaux et cinétiques) et des interventions in situ ou in socius qui tendent, par une rencontre entre éléments formels et symboliques, à provoquer un réenchantement du quotidien. Privilégiant le médium de l’installation pour son caractère immersif, mais aussi pour mettre en évidence une certaine indétermination de la forme menant à une ouverture du sens, je déploie des corpus d’objets, des univers bricolés à la fois épurés et rigoureux, entrant en relation avec l’espace et le public. Je travaille avec délicatesse et minutie, pour magnifier la fragilité et la précarité des matières et des objets. J’échafaude des récits morcelés, fragmentés, à mi-chemin entre poésie, archéologie et dérive narrative.

 

Mes recherches entretiennent un lien de proximité au territoire et au déplacement, se déployant souvent sur le terrain par le biais de collectes et de rencontres. Je m’intéresse au processus du faire et aux conditions d’émergence de l’œuvre, de même qu’à la trouvaille, aux restes et à la trace. La sérendipité, c’est-à-dire le fait de trouver plutôt que de chercher et d’utiliser ce que l’on trouve pour créer, guide mes recherches et m’amène à développer une acuité face au potentiel poétique du quotidien.

DOSSIER DE PRESSE

La résidence de Magali Baribeau-Marchand centrée sur la poésie et les objets du quotidien, Daniel Côté, Le Quotidien, Arts, 2020

 

Les petits riens de Magali Baribeau-Marchand, Daniel Côté, Le Quotidien, Arts, 2020

 

Foire en art actuel de Québec: une offre doublée pour l'édition virtuelle, Josianne Desloges, Arts, Le Soleil, 2020

 

#Windowmuseum: des œuvres aux fenêtres du BPS22 dès ce 8 mai, M.V., La Province (Belgique), Charleroi et sa région, 2020

 

Interview: Magali Baribeau-Marchand, CEAAC, résidence de création à Strasbourg, 2018

Magali Baribeau-Marchand prête vie à ce qui existe, Stéphane Boivin, CEUC, Arts et culture, 2017

 

Le reflet du quotidien oublié, Anne-Marie Gravel, Le Quotidien, Arts, 2017

 

Prélart, jolis portraits et mélancolie à La Corniche, Daniel Côté, Le Quotidien, Arts, 2017

 

Bang sera présent à Art Athina, Daniel Côté, Le Quotidien, Arts, 2016

 

Le deux pour un de Magali Baribeau-Marchand, Daniel Côté, Le Quotidien, Arts, 2016

 

La collecte enchantée, Jean-Pierre Vidal, Zone occupée web, 2016

​​

Vie, mort et transformation, Daniel Côté, Le Quotidien, Arts, 8 février 2016

Immersion en Zone occupée, entrevue web, Zone occupée et La Machine à image, 2015

CV